Vous êtes ici : AccueilTourisme

Autres monuments

La statue de Jeanne d'Arc

Cette statue fut posée, entre la béatification de Jeanne en 1909 et sa canonisation en 1920, sur un terrain appartenant à la famille Dehau.

C'est donc pour rénover la statue de Jeanne D'Arc que Jean-Pierre Jayet et plusieurs autres membres actifs de l’association   BouvinEmbellie  ont, à nouveau, avec l’aval enthousiaste du maire, mis leurs compétences et leur sens du bénévolat, au service du patrimoine du village.

Chapelle St Léonard

Je ne suis qu'une humble chapelle que les automobilistes pressés ne risquent pas de découvrir depuis que la ligne TGV a coupé la route de Louvil. Blottie dans un écrin de verdure au bout de la rue Saint Hubert - on aurait pu l'appeler rue Saint Léonard - je ne me livre qu'aux passants. Mais n'est-ce pas ma destinée ?

Construite au milieu du XIXe siècle par François Duponchelle, tisserand au Melchamez, je jalonnais alors le chemin des ouvriers qui, venant de Templeuve ou d'Orchies, se rendaient à pied à Lille, Roubaix ou Tourcoing. Témoin d'une époque où Dieu et les Saints étaient omniprésents dans la vie de tous les jours, sur les chemins et dans les demeures.
Chaque mardi des Rogations les Bouvimois sont venus en procession, priant pour que les récoltes soient bonnes. Et cela a duré pendant 130 ans...

Tombée dans l'oubli, j'ai subi les outrages du temps mais des hommes et des femmes de bonne volonté m'ont aidée à tenir bon et aujourd'hui, je connais une nouvelle jeunesse, à côté d'un bosquet de tilleuls, j'abrite les statues restaurées de mon Saint Patron et aussi celles de Sainte Saturnine et Saint Joseph.
Alors si vous passez par là...

Le monastère

Le Monastère de Bouvines fut la demeure de la famille Dehau, depuis sa construction jusqu'en 1940. Félix Dehau (maire de Bouvines pendant 62 ans) et son épouse, née Marie Lenglart y élevèrent leur nombreuse famille et y vécurent jusqu'à leur décès.

Devenu monastère en 1945, ce bâtiment a hébergé pendant presque 60 ans, une communauté de moniales dominicaines cloîtrées.

Aujourd'hui rebâti après l'incendie de janvier 2005, le monastère s'ouvre à l'accueil du public diocésain et la communauté catholique du Chemin neuf y organise des sessions de formation chrétienne. Il demeure ainsi une maison de prière selon la volonté de l'Association Félix Dehau.

Pour tous renseignements sur les activités, se reporter au "fil du mois"de la paroisse:  http://paroisse.emmanuel.free.fr/ et à la documentation de la communauté du Chemin neuf fournie sur place ; vous pouvez également visiter le site :  http://www.chemin-neuf.org/.

La fontaine St Pierre

Philippe Auguste s'est désaltéré à l'eau de cette petite source, en prenant un repas sous un frêne le dimanche 27 juillet 1214, avant de partir livrer Bataille aux coalisés.
    On venait jadis de très loin, puiser de l'eau à cette fontaine qui était réputée guérir les problèmes oculaires.
    Il y avait ici, un grand pèlerinage annuel le 29 juin qui remontait au XIIIe siècle et s'est perpétué jusqu'en 1974.
    Jusque la Révolution, le Petit Château était propriété de l'Abbaye de Saint-Amand. Il était appelé "Moustier", c'était le presbytère.
     Le curé était alors très probablement un religieux de l'Abbaye de Saint-Amand.
     A partir de 1745, la cure dépendit de l'Abbaye de Cysoing.
   La première construction remonterait au XIè siècle. Le bâtiment actuel, réaménagé à plusieurs reprises, a été construit en 1696, selon la date indiquée sur le pignon donnant vers l'entrée de la propriété.
    Il existait, sur la Marque toute proche, un passage appelé "planche du Curé" permettant l'accès à l'autre côté, alors territoire de Bouvines, où se trouvaient plusieurs manoirs.
    Le chemin qui relie la propriété à la route était appelé "carrière du Curé". Il est un tronçon de l'antique voie romaine de Seclin à Tournai qui traversait la Marque à cet endroit. Cette voie vit le passage de l'armée de Philippe Auguste lors de la bataille du 27 juillet 1214.
    Le petit château fut un temps la maison du général Achille Deffontaines, premier général français tombé au champ d'honneur en 1914.

Texte repris de Jean Lemahieu, oct. 2007

Rénovation de la fontaine en 2012

Contacter la commune

Plusieurs moyens pour contacter la commune

Par téléphone

03.20.41.31.59

Par fax

03.20.84.11.75

Horaires d'ouverture

  • Du mardi au samedi de 8h30 à 12h

Se rendre en mairie

59 Chaussée Brunehaut
59830 Bouvines

Ecrire à la commune